Carnet de Recherche / 6e édition

Pour cette 6e édition vous trouverez le billet de bonne humeur de Christian Hottin qui porte cette fois-ci sur la recherche au sein d’une Ecole Universitaire de Recherche. Vous pourrez également lire un article de ma main sur le statut de collectionneur et les subtilités de la définition de celui-ci.

Notre prochaine édition se fera le 17 juin. Nous serons ravis de publier vos articles, aussi vous pourrez nous les envoyer jusqu’au 10 juin.

***

Comment définir l’EUR en tant que dispositif intellectuel de Recherche ?

Ou la question de l’implication (II)

Avant de revenir de manière plus détaillée sur la question de l’implication, on voudrait ici souligner l’importance de plusieurs outils, tant intellectuels que matériels qui sont, selon nous, mobilisables dans le cadre d’une recherche par le projet.

Deux outils intellectuels, un outil pratique : réflexivité et distanciation

Réflexivité

Par l’exercice de la réflexivité, l’acteur de la recherche soumet son propre comportement à une analyse critique. Elle est une forme d’introspection. Il s’agit, pour le chercheur, de tenter de comprendre les raisons pour lesquelles, dans la conduite de son projet, il a telle ou telle réaction, penche pour telle ou telle hypothèse, ressent une difficulté face à telle ou telle situation.

Cette attitude d’écoute par rapport à soi-même ne s’applique du reste pas seulement aux situations de blocage ou de crise. Il est tout aussi important d’être attentif aux moments de plaisir que procure la recherche, et, tout en en jouissant pleinement, de s’attacher à saisir quels peuvent être les ressorts profonds de ces émotions[1]. Une attention toute particulière pourrait être apportée à la mise en question des discours, appris par imprégnation au sein de l’institution scolaire, et pour finir pratiquement incorporés à soi, qui portent sur les beautés désincarnées de la science et la sublimation des intérêts personnels au nom du bien commun. Pour les scientifiques qui travaillent au sein des institutions publiques, et notamment des institutions patrimoniales, ce discours général sur le plaisir lié à l’activité savante se double bien souvent d’un autre, tout aussi conventionnel, sur le dévouement au service public et sur le bonheur qui naîtrait de cette implication désintéressée. Il ne s’agit bien entendu nullement de critiquer le bien fondé de se dévouement, mais plutôt, pour chacun, de tenter de comprendre quels en sont les ressorts intimes, au-delà des formules toutes faites.

Distanciation

Par l’exercice de la distanciation, l’acteur de la recherche opère un mouvement inverse, et, en quelque sorte, symétrique. Il s’agit, désormais, de « sortir de soi-même » et de tenter d’observer les situations liées à la conduite du projet comme autant de scènes mettant en présence des acteurs, le chercheur n’étant qu’un de ceux-ci parmi d’autres. Il ne s’agit plus, dès lors, de regarder à l’intérieur de soi, mais bien plutôt de tenter de comprendre comment l’on est perçu – et comment notre travail de recherche est perçu – dans le regard des autres.  

La recherche par le projet s’exerçant dans différentes disciplines et dans des contextes variés, on pourrait en outre avancer l’idée que, selon l’importance prise par les interactions avec d’autres personnes dans la conduite du projet, le chercheur sera conduit à mettre plus particulièrement en œuvre sa capacité de réflexivité, ou, au contraire, de distanciation.

Un outil méthodologique et pratique : le carnet de notes

Il connait de multiples déclinaisons, tant au format papier que sous forme numérique, mais il est sans aucun doute le meilleur moyen de mettre en œuvre, au quotidien, ces principes de réflexivité et de distanciation.

Il peut être d’un usage quotidien, ou n’être alimenté qu’à l’occasion. Par moment, des pages entières pourront être noircies en quelques heures, avant qu’il ne rentre en sommeil pour de longues semaines.

Se relire n’est pas toujours une chose aisée, et cette action peut être la source d’un certain malaise. Il faut néanmoins accepter le verdict de l’écrit : à un certain moment, confronté à une certaine situation, j’ai pensé et réagi ainsi. D’où vient donc, que, aujourd’hui, je ne me reconnaisse plus dans ces idées qui m’avaient saisi ?

On comprendra, à la lecture de ce qui précède, que s’il est bon de tenir un carnet de notes de sa recherche, il est encore plus utile de le lire et de le relire. Ce mode d’écriture n’est pas (qu’) un exutoire, il fait partie intégrante du processus de recherche !

Du refus de la recherche appliquée vers la recherche impliquée ?

On l’a écrit au commencement de ce chapitre, la recherche par le projet n’est pas une recherche appliquée. Grâce à la mise en œuvre des outils épistémologiques et méthodologiques de la réflexivité et de la distanciation, elle vise au contraire à gagner en généralité, à produire de nouvelles connaissances, à partir de situations concrètes qui sont autant de terrains d’expérimentation.

Conduite sous la forme d’un doctorat au sein de l’EUR Humanités création et patrimoine, la recherche par le projet a pour objectif de remplir les trois caractéristiques qui confèrent sa spécificité au doctorat. En premier lieu, celui-ci est un diplôme, qui sanctionne un niveau d’études et ouvre la voie à certaines professions. Les formes prises par la recherche pour l’obtenir peuvent être diverses, et la recherche par le projet est l’une d’elle.

En deuxième lieu, sa délivrance garantit que son détenteur maitrise tout à la fois des connaissances et des méthodes disciplinaires qui sont spécifiques. En l’occurrence, ces connaissances sont celles des disciplines au sein desquelles se pratique la recherche par le projet (ainsi que celles qui sont liées à la mise en œuvre des projets eux-mêmes, telles que l’histoire, l’histoire de l’art, l’ethnologie ou encore l’archéologie dans les études patrimoniales) ; ces méthodes sont également celles de ces mêmes disciplines, ainsi que celles qui sont spécifiques à la recherche par le projet (notamment la réflexivité et la distanciation).

En troisième lieu, la délivrance du doctorat signifie que le travail de thèse qui l’a précédé apporte à la science un certain nombre de connaissances, nouvelles, originales, et qui ont été produites selon les règles et les méthodes propres à chaque discipline. Ce dernier point nous conduit à esquisser ce que peut être le potentiel heuristique spécifique de la démarche de recherche par le projet. Si celle-ci n’est pas une forme de recherche appliquée, est-ce qu’on peut la rapprocher de la recherche « impliquée », telle que l’on pratiquée, par exemple, les ethnologues en poste au ministère de la culture dans les années 1990 ? Un copieux détour par leurs réflexions sur la pratique de leur métier pourra nous donner des éléments de réponse.

Ethnologues impliqués au ministère de la culture : le tournant réflexif (1995-2010)

On propose donc ici un pas de côté vers le patrimoine ethnologique et les ethnologues du ministère de la culture. L’originalité de cette implication prend la forme d’un engagement qui se construit en opposition avec deux systèmes de normes : celui de l’institution patrimoniale (à laquelle les ethnologues du ministère appartiennent bon gré mal gré), et celle de l’anthropologie académique (dont ils sont proches, de par leur formation, leurs fréquentations intellectuelles et leurs aspirations professionnelles, mais où ils occupent une position marginale, étant structurellement dominés, et parfois qualifiés par leurs collègues universitaires « d’animateurs culturels »).

Avant le tournant réflexif : le dispositif du patrimoine ethnologique

Les recherches de Noël Barbe[2]ont montré que la mise en place du dispositif du patrimoine ethnologique e, au tournant de l’année 1980 résulte de la convergence d’intérêts entre Isaac Chiva ( anthropologue ruraliste, directeur d’études à l’EHESS) qui souhaite développer institutionnellement la recherche en ethnologie de la France et l’administration du patrimoine, qui réfléchit aux moyens de canaliser, en l’encadrant et en le formant, le très riche tissu associatif qui s’est développé dans les années 1970 dans les domaines des cultures régionales et de la revitalisation des territoires en déshérence[3]. Le dispositif en lui-même se compose d’une instance, le conseil du patrimoine ethnologique (dirigé de fait par une figure universitaire, il fixe les grands objectifs de la politique du patrimoine ethnologique et les axes des programmes de recherche), d’une mission en administration centrale (la mission du patrimoine ethnologique, qui sera dirigée de 1989 à 2020 par des archivistes paléographes[4], lesquels se sont en général peu investis dans les débats doctrinaux des ethnologues) et de conseillers sectoriels dans les services déconcentrés (les conseillers pour l’ethnologie[5], présents, au mieux, dans une DRAC sur deux à la fin des année 1990).

Durant plus d’une décennie, l’institution ethnologique du ministère de la culture va produire (sous la forme de rapports remis par les équipes retenues dans le cadre des programmes de recherches) et diffuser (par la revue Terrain ainsi que par les collections de l’ethnologie à la direction du patrimoine) une quantité très considérable de connaissances portant sur des sujets aussi variés que les savoirs naturalistes populaires, les savoir-faire traditionnels, les cultures ouvrières, industrielles ou urbaines. Une œuvre de formation continue à destination des ethnologues « non professionnels » et de médiation culturelle à l’attention des publics les plus variés sera également réalisée. Les conseillers en région sont plus particulièrement investis de cette dernière tâche, tandis que les ethnologues travaillant en centrale adoptent de plus en plus une posture que leurs collègues de DRAC qualifient de « dérive universitaire »[6]. Néanmoins, vaille que vaille, les uns comme les autres traduisent en actes le projet qui était celui de Chiva et des administrateurs de la culture : constituer le patrimoine ethnologique de la France à travers le développement d’une recherche scientifiquement validée qui se garde des dérives des collectes anarchiques et des erreurs de l’ethnologie spontanée de soi par soi.

La mise en place du « tournant réflexif » (Jean-Louis Tornatore)

A partir de 1995, toutefois, la communauté ethnologique liée au ministère de la culture prend pleinement conscience du rôle qu’elle joue – ou qu’on lui fait jouer – dans l’objectivation d’un certain nombre de pratiques en tant qu’éléments du patrimoine ethnologique ; ou, pour reprendre un néologisme qui commence à faire florès, ils se reconnaissent en acteurs de la patrimonialisation[7]. Ce moment, baptisé « tournant réflexif’ » par l’un de ses acteurs-observateurs[8], va connaître deux traductions concrètes sensiblement différentes, la seconde nous intéressant plus spécifiquement ici. Du côté des universitaires liés à la mission – au premier rangs desquels Daniel Fabre, directeur d’études à l’EHESS – le patrimoine va devenir un objet d’études et ce projet intellectuel trouve bientôt son institutionnalisation dans la création du LAHIC (laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture, une unité mixte de recherche portée par le CNRS et le ministère, dont la création est encouragée par Jean-Marie Jenn, alors chef de la mission).

Pour les conseillers sectoriels en DRAC, chargés de l’action culturelle dans le domaine de l’ethnologie sur un territoire, le tournant réflexif prend cependant une tout autre forme. Certains, à dire vrai, n’en tirent pas vraiment les conséquences et acceptent leur rôle de prescripteurs patrimoniaux. Ils ne sont pas les plus nombreux. Pour les autres, la voie qu’ils tracent prend le nom d’ethnologie « impliquée ». On peut estimer que le choix de ce terme renvoie à une double mise en opposition. D’une part, ils se démarquent de la posture surplombante des chercheurs académiques en revendiquant leur statut d’agent des services culturels investis d’une mission de mise en œuvre d’une politique publique. D’autre part, ils refusent d’être réduits au statut de promoteurs d’une ethnologie « appliquée », qui vulgariseraient et schématiseraient les avancées théoriques de la discipline pour proposer des solutions clé en main aux technocrates de la culture ou aux décideurs locaux. Pour eux, le statut d’ethnologue impliqué est un engagement qui suppose empathie, bienveillance, mais aussi vigilance pour se prémunir contre les instrumentalisations venant du politique. Il est un engagement critique :

« L’ethnologue praticien doit alors observer la patrimonialisation comme une production sociale dans laquelle des acteurs collectifs ou institutionnels sont mus par leur désir d’intervention. Il doit savoir jouer de ses différentes compétences pour accompagner les acteurs sociaux en leur découvrant progressivement les pièges de l’enfermement patrimonial, territorial ou identitaire tout en les aidant à construire leur projet.[9] »

De plus en plus attentive à la parole des divers acteurs sociaux et soucieuse de redéfinir la position de l’ethnologue parmi eux, cette ethnologie impliquée devient bientôt plaidoyer pour une ethnologie « participative », dont Jean-Louis Tornatore résume ainsi le principe :

« Qu’a fait l’ethnologue pour que, de « documentaire », il soit devenu « participatif » ? Un simple pas de côté qui a changé radicalement sa vision – il voit tous ces acteurs qui prennent part à la construction de l’objet frontière – et sa stratégie d’intervention – il en est un parmi d’autres : son expertise a perdu de son extériorité critique, et renonçant « à avoir le dernier mot sur les acteurs », mais sans renoncer à négocier une nouvelle position d’extériorité qui justifie son activité de chercheur, il y a gagné en mobilité et en capacité d’action »[10]

Ajoutons pour finir, mais on l’aura sans doute déduit de ce qui précède, que ce tournant, réflexif, impliqué et participatif n’est pas seulement une prise de position à l’intérieur des débats épistémologiques et professionnels de l’ethnologie : il est tout autant une prise de position à l’intérieur du monde de l’administration patrimoniale et témoigne d’une claire volonté de se démarquer des postures documentaires porteuses de patrimonialisation inconscientes d’elles-mêmes que pratiquent les agents des autres services patrimoniaux[11].

La réflexivité à l’épreuve de l’évolution des politiques publiques

A partir de 2006, la ratification par la France de la convention de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel entraine de nouvelles divergences d’appréciation entre conseillers pour l’ethnologie en région et de nouvelles tensions entre certains d’entre eux et la mission de l’administration centrale. La convention apparaît à bien des ethnologues comme un objet problématique : elle est plutôt un texte à penser qu’une norme internationale à traduire sur le plan national (on refuse les « diktats » de l’UNESCO) ; ils ne semblent guère se préoccuper de son positionnement très élevé dans la hiérarchie des normes juridiques et des conséquences qui en découlent pour les agents publics qu’ils sont. Surtout, la convention présente des aspects pour eux éminemment désirables et d’autres profondément répulsifs : d’une part elle consacre le principe de participation des communautés à la désignation de leur patrimoine (c’est le triomphe du point de vue émique), mais, de l’autre, elle instaure l’obligation d’inventaires nationaux (ce qui renvoie à une logique de « fiches », caractéristique de la démarche de l’Inventaire général dont ils ont toujours souhaité se démarquer) et promeut des listes internationales qui sont perçues comme des pièges politiques – au pire – ou des labels – au mieux.

Alors que se mettent en place les dispositifs découlant de la ratification, certains font le choix de s’impliquer dans leur mise en œuvre (en réalisant des inventaires régionaux et en instruisant des candidatures pour l’UNESCO), tandis que d’autres refusent toute forme d’engagement, boycottant les inventaires, bottant en touche face aux demandes de candidatures, recherchant un retour aux principes initiaux du patrimoine ethnologique de 1980 (la patrimonialisation par la recherche objectivante). Quelques-uns, enfin, adoptent une position complexe et s’engagent dans une voie médiane, en tentant de promouvoir la convention au nom de la participation, mais sans s’impliquer dans un dispositif d’inventaire dont ils rejettent le principe[12].

A partir de cet exemple et des considérations précédentes, on tentera, dans un dernier chapitre consacré à la recherche par le projet au sein de l’EUR, de montrer comment celle-ci s’est concrètement déployée depuis plus de cinq ans.

Christian Hottin


[1] On ne saurait trop recommander, à cet égard, la lecture de l’ouvrage de Françoise Waquet : Une histoire émotionnelle du savoir XVIIe-XXIe siècle, Paris, CNRS, 2019, 348 p.

[2] Noël Barbe, « Isaac Chiva, ethnologie et politique patrimoniale », Terrain [En ligne], 60 | mars 2013, mis en ligne le 19 août 2014, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/terrain/15127 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terrain.15127

[3] La traduction concrète de cette alliance objective se retrouve dans le rapport fondateur du projet d’institutionnalisation de l’ethnologie, dirigé par l’inspecteur général des finances Redjem Benzaïd, mais inspiré et en grande partie rédigé par Chiva lui-même. Redjem Benzaïd (dir.). Rapport sur l’ethnologie de la France. Besoins et projets. Paris : la Documentation française, 1979.

[4] Voir : (Avec François Gasnault) : « Promouvoir le patrimoine ethnologique. Plus de trente années d’implication chartiste (1989-2021) », dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 176, 2021, p. 194-210.

[5] Sur le métier de conseiller pour l’ethnologie, voir Michel Rautenberg, « L’intervention ethnologique. Témoignage et éléments de réflexion sur les relations entre recherche et action culturelle dans une direction régionale des affaires culturelles », Pour une histoire des politiques du patrimoine, dir. Philippe Poirrier et Loïc Vadelorge, Paris, 2003, p. 469-489.

[6] L’élitisme recherché par le comité de rédaction de Terrain est vu comme une des principales manifestations de cet éloignement des réalités du terrain, précisément.

[7] Sur cette réflexivité, voir par exemple l’analyse de Michel Rautenberg : « Se posant la question de la dimension patrimoniale des objets qu’il analyse, l’ethnologue devrait ainsi toujours chercher à comprendre le contexte plus général de cette production patrimoniale. Il a alors la nécessité de procéder à une double analyse, analyse culturelle du sens des productions patrimoniales au sein des groupes qui les élaborent, et analyse idéologique de la production de ces patrimoines renvoyant aux représentations sociales et politiques qui les font naître ». Michel Rautenberg, « Ethnologie appliquée, ethnologie impliquée ? : Une question pour la recherche anthropologique », Implication et engagement : Hommage à Philippe Lucas [en ligne]. Lyon : Presses universitaires de Lyon, 2000 (généré le 17 août 2022). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pul/10044>. ISBN : 9782729710682. DOI : https://doi.org/10.4000/books.pul.10044.

[8] Voir le travail de Jean-Louis Tornatore : « Le tournant réflexif de la MPE a procédé conjointement de la prise de conscience du caractère socialement construit des objets du patrimoine et de l’implication du service et de ses agents dans ce processus. ». Jean-Louis Tornatore, « La difficile politisation du patrimoine ethnologique », Terrain [En ligne], 42 | mars 2004, mis en ligne le 09 septembre 2008, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/terrain/1791 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terrain.1791

[9] Michel Rautenberg, « Ethnologie appliquée, ethnologie impliquée ? : Une question pour la recherche anthropologique », Implication et engagement : Hommage à Philippe Lucas [en ligne]. Lyon : Presses universitaires de Lyon, 2000 (généré le 17 août 2022). Disponible sur Internet : http://books.openedition.org/pul/10044

[10] ». Jean-Louis Tornatore, « La difficile politisation du patrimoine ethnologique », Terrain [En ligne], 42 | mars 2004, mis en ligne le 09 septembre 2008, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/terrain/1791 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terrain.1791

[11] C’est aussi à la lumière de cette opposition qu’il faut sans doute interpréter le refus des conseillers pour l’ethnologie de rejoindre le corps de conservateurs du patrimoine lorsque cela fut envisagé pour eux, ou encore les tensions récurrentes qui ont existé – en dépit de quelques projets communs – entre eux et les chercheurs des services de l’Inventaire général.

[12] Voir : Noël Barbe, Marina Chauliac et Jean-Louis Tornatore, « Intangible Cultural Heritage Exposed to Public Deliberation: A Participatory Experience in a Regional Nature Park»,  Between Imagined Communities of Practice : Participation, Territory and the Making of Heritage [en ligne]. Göttingen : Göttingen University Press, 2015 (généré le 17 août 2022). Disponible sur Internet : http://books.openedition.org/gup/227

Le statut de collectionneur : réflexions au travers des collections d’intailles et de camées de la comtesse de Verrue, du marquis de Calvière, de Catherine II de Russie et de la famille Muratoff

***

A Madame Xénia Muratova, directrice de thèse et amie précieuse

***

Docteur en histoire de l’art avec une spécialité en histoire des collections, il devrait m’être simple de définir à la fois une collection et un collectionneur. La réalité présente bien plus de nuances et celles-ci sont directement liées à l’intention derrière chaque sélection de biens naturels et/ou artificiels.

L’éminent historien des collections Krzysztof Pomian définit celles-ci comme étant un « ensemble d’objets naturels ou artificiels, maintenus temporairement ou définitivement hors du circuit d’activités économiques, soumis à une protection spéciale et exposés au regard dans un lieu clos aménagé à cet effet[i] ».

Si cette définition du principe de collection est claire et permet dans le même temps bien des nuances, qu’en est-il de la définition du collectionneur lui-même ? De fait qu’est-ce qu’un collectionneur et qu’est-ce qui lui donne ce statut à ses propres yeux mais aussi aux yeux des autres ? Ainsi est-ce que le simple fait d’être le propriétaire d’une collection est suffisant pour se qualifier de collectionneur ou être considéré comme tel ? Est-ce la valeur scientifique, pécuniaire ou esthétique de la collection possédée, qui donne accès à cette qualité ? Est-ce l’importance numéraire ou encore la cohérence de l’ensemble constitué qui permet d’obtenir ce titre ? Ou bien est-ce la manière dont elle est acquise : don(s), héritage, achat(s), échange(s), etc., pièce par pièce ou par ensemble, qui confère son « rang » de collectionneur au détenteur de cette sélection d’objets ?

Au travers de quatre portraits de propriétaires d’intailles et de camées présents en France et en Russie : la comtesse de Verrue, le marquis de Calvière, Catherine II de Russie pour le XVIIIe siècle et enfin celui de Madame Xénia Muratova[ii] pour le XXe siècle, les propos qui suivent, vont mettre en évidence que ces questions du statut et de qualité du collectionneur ne sont pas si simples et que bien des subtilités apparaissent lorsque l’on s’y intéresse d’un peu plus près.

Le goût pour les pierres gravées en France au XVIIIe siècle.

            Au XVIIIe siècle en France mais aussi partout en Europe, cet engouement pour la glyptique[iii]pour les intailles et les camées transparaît au travers de la constitution d’importantes collections conservées dans les cabinets de curiosité d’alors.

Leurs motifs et leurs origines intéressent parfois jusqu’à la passion. Les sujets qu’ils portent sur leur surface, mais aussi leurs attributions, leur histoire et leur parcours provoquent des débats souvent houleux, relatés dans la presse de l’époque. Ces gravures sur pierres fines deviennent souvent pour les simples curieux, amateurs, antiquaires, savants et érudits, un prétexte pour faire une démonstration publique de leur érudition et de la supériorité de leurs raisonnements. Comme cela fut le cas avec le cachet dit de Michel-Ange au moment de la diffusion de la reproduction réalisée par Elisabeth-Sophie Chéron.

Etudier ces ensembles, le plus souvent abrités dans des cabinets de curiosités, permet souvent de définir à quel type de propriétaires nous avons à faire. Toutes les nuances existent allant du simple héritier n’approchant et n’intervenant jamais sur la collection léguée, à l’érudit s’intéressant surtout aux informations sur d’autres cultures accessibles grâce aux motifs gravés, en passant par le curieux souhaitant seulement compléter sa culture ou à l’acquéreur lambda cherchant uniquement à correspondre aux codes de son époque et de son milieu pour arriver au passionné qui ne vit que pour sa collection.

La comtesse de Verrue

Ces deux premiers portraits sont des ébauches car ils sont basés non pas sur les collections elles-mêmes puisqu’elles ont été entièrement ou presque dispersées suite au décès de leurs propriétaires ou suite aux évènements de la Révolution française, mais sur les sources écrites restantes et donc lacunaires. Il s’agit pour l’essentiel de catalogues de vente, d’inventaires, de procès-verbaux de saisie lors de la Révolution française, de la correspondance des collectionneurs ainsi que des ouvrages publiés à l’époque sur les pierres gravées en général ou sur une collection en particulier. Ces deux études permettent cependant de comprendre nombre des subtilités du goût pour les pierres gravées à cette époque mais aussi à quel type de collectionneur nous avons à faire.

Jeanne-Baptiste d’Albert de Luynes, comtesse de Verrue (1670-1736), est surtout connue pour avoir été la favorite de Victor Amédée II, duc de Savoie et premier roi de Sardaigne. Après avoir quitté ce dernier et être rentrée à Paris en 1700, la comtesse se fait remarquer par la finesse de son esprit mais aussi par le salon qu’elle tient alors et par la qualité des personnes qui s’y pressent. Également connue pour l’importance de ses collections : tableaux, tabatières, pendules, papiers de Chine, livres, vaisselle d’argent, médailles, pierres gravées, etc., elle utilisait sa fortune assez considérable, pour augmenter régulièrement le volume de celles-ci[iv].

Il ne reste actuellement que deux documents majeurs à propos des biens meubles et des collections de la comtesse de Verrue : son testament[v] et son inventaire après décès[vi].

La collection d’intailles et de camées n’apparaît pas dans le testament. Mais la lecture de ce dernier apporte néanmoins une indication intéressante quant à la valeur accordée à celle-ci. Ainsi peut-on lire dans ce document que d’un point de vue marchand, la bague la moins onéreuse – objet d’apparat de la comtesse – est estimée dans ce testament à 3 000 livres alors que la collection entière d’intailles et de camées qui comprend 7 321 objets est, elle, seulement estimée à 1 810 livres dans l’inventaire après décès.

Ce second document est réalisé sous l’autorité du notaire Le Prévost. Sa rédaction débute au mois de décembre 1736 et se poursuit au mois de janvier 1737. D’après l’inventaire, la prisée de cette collection, regroupée avec les « […] porcelaines, bijoux et autres curiosités […] », débute le lundi 14 janvier 1737.

Si la collection atteint un total conséquent de 7 321 objets, 7 125 sont en fait des pierres de composition[vii] et seulement 66 sont des pierres gravées au sens technique du terme. Ces pierres de composition en pâte de verre ou autre, sont en fait des reproductions. Elles sont donc majoritaires au sein de cette collection. Au cours du XVIIIème siècle d’autres collections de ces pâtes de verre sont vendues. Elles appartiennent à des collectionneurs aussi connus que Charles Natoire[viii], Bourlamaque[ix], le duc de Caylus[x], le duc de Sully[xi] ou encore Billy[xii]. Ces ventes et la qualité des collectionneurs les ayant possédées, semblent donc indiquer que l’usage de ce type d’objets est relativement courant à cette époque[xiii] et que la comtesse de Verrue n’est pas isolée dans sa pratique de collectionneuse.

Il existe plusieurs techniques de reproduction des intailles et des camées : cire, soufre, pâte de verre, etc. Ces copies permettent une plus large diffusion des motifs auprès et entre les amateurs et les savants. Les reproductions en pâte de verre offrent un avantage supplémentaire : pouvoir teinter la matière et ainsi de donner l’illusion d’un travail sur pierre fine. L’objectif n’est pas forcément de duper en faisant passer du simple verre coloré pour une pierre précieuse ou semi-précieuse mais aussi de s’approcher au plus près de la réalité de l’objet d’origine qui associe motif et couleur(s) et d’en faire, ainsi, une analyse plus fine.

Répartition des éléments au sein de la collection de pierres gravées de la comtesse de Verrue

 QuantitéParticularités
Pierres gravées66Dont 16 cachets Dont 4 camées
Pierres non gravées130En cornaline
Pierres de composition7 125Dont 4 595 moulées en relief Dont 14 sont considérées comme des cachets
Total7 321 

Du fait du manque de rigueur dans sa rédaction, l’étude de cette partie de l’inventaire de la comtesse de Verrue ne permet pas de se faire une idée claire de cette collection de pierres gravées d’un point de vue matériel : la qualité et la variété des motifs, la présence ou non d’un thème central ou bien d’une période de production particulière. Cela est en partie inhérent à la nature même du document qui est plus axé sur les quantités d’objets prisés que sur la qualité et les caractéristiques de ces derniers.

En résumé, le nombre important d’objets dans cette collection peut être pris comme le signe d’un attachement particulier de la comtesse à ces derniers. Le fait qu’il s’agisse majoritairement d’imitations n’est pas forcément contradictoire. Car, dans ce cas, il pourrait représenter la volonté de la comtesse d’étudier le plus grand nombre de motifs possibles. Le fait qu’il s’agisse d’imitations de l’objet, en pâte de verre peut être analysé comme le signe que la comtesse veut tenir compte de l’ensemble des éléments constitutifs des pierres gravées en accordant également de l’importance aux couleurs des matières utilisées. Il est envisageable alors que la comtesse ait voulu apprécier ces objets dans leur globalité à la fois érudite et esthétique[xiv].

Cette hypothèse d’une comtesse de Verrue attachée à l’aspect savant des pierres gravées, est renforcée par la présence dans cet inventaire après décès, d’une collection de 538 monnaies et médailles[xv]. Ces objets sont décrits dans cet inventaire juste avant les pierres gravées. Or à cette époque, les auteurs, dont le comte de Caylus[xvi], recommandent aux collectionneurs d’associer dans leurs recherches érudites les médailles et les monnaies avec les pierres gravées ; l’analyse des premières complétant celles faites sur les secondes, et inversement. Par conséquent, il semble que cette dernière se tenait au courant des normes d’organisation des collections tout au moins d’un point de vue général.

De plus, grâce à l’étude attentive du catalogue de la vente de la bibliothèque de la comtesse de Verrue, on apprend que cette dernière possédait des ouvrages traitant directement ou indirectement des pierres gravées[xvii]. Dans la première catégorie se trouvent des auteurs reconnus dans ce domaine comme Michel-Ange de la Chausse[xviii], Gorlée[xix], Agostini[xx], Ursini[xxi], Charles Baudelot de Dairval[xxii], le catalogue de la vente de la princesse Palatine de 1727[xxiii] et enfin un recueil de gravures réalisé par Elisabeth-Sophie Chéron[xxiv]. Cette sélection d’ouvrages montre que la comtesse possédait à la fois des publications faisant autorité en matière de glyptique mais qu’elle se tenait également au courant des publications récentes.

Le nombre d’objets composant cette collection, soit 7 321 objets, et la présence d’ouvrages sur ce domaine en particulier, amène à penser qu’il y a chez la comtesse de Verrue, un intérêt et un goût certains pour l’art de la glyptique. Ce nombre d’objets et ces ouvrages portent également à croire que l’aspect érudit des pierres gravées comme support d’informations sur d’autres temps et d’autres lieux ont eu leur importance pour la comtesse. Mais le fait que la majorité des objets aient été des pâtes de composition laisse également supposer que l’aspect et le rendu esthétique de ces reproductions comptaient également pour celle-ci. De plus le fait que cette collection comportant une part importante d’imitations, ne représente qu’une faible valeur marchande peut signifier que la comtesse de Verrue n’ait pas cherché à constituer une collection d’apparat ni à utiliser cette collection comme un objet de représentation sociale.

Cette analyse du goût de la comtesse de Verrue reste grandement limitée par l’absence d’informations sur les sources d’approvisionnement de la comtesse, sur ses intermédiaires éventuels, ses interlocuteurs en particulier dans ce domaine de collection ainsi que par le manque de textes contemporains (inventaires détaillés et successifs réalisés du vivant de la comtesse, catalogue de vente après décès, ou encore la correspondance de la comtesse).

De plus l’impression d’un manque général d’organisation de cette collection donne l’impression soit que celle-ci n’avait qu’une importance toute relative aux yeux de la comtesse soit que cette dernière n’avait pas les mêmes ambitions scientifiques dans son étude de ce type d’objets que d’autres collectionneurs de son époque sans pour autant que cela ne diminue en rien son goût pour ceux-ci.

Néanmoins ce qui apparaît de cette première analyse c’est que la comtesse de Verrue s’investit dans sa collection. Le nombre important d’objets qui composent celle-ci : 7 321, le démontre tout comme la présence dans sa bibliothèque d’ouvrages de référence dans le domaine de la glyptique, publiés à son époque. Autre élément intéressant qui tend à prouver que la comtesse a le statut d’une collectionneuse et non pas seulement celui de propriétaire d’une collection c’est que son attention ne semble pas se porter strictement et uniquement sur l’objet original puisque sur les 7 321 items de sa collection, seuls 66 sont des pierres gravées au sens strict. Elle paraît donc vouloir privilégier l’étude des motifs en accumulant un nombre important de reproductions de pierres gravées. Il semble que son intérêt pour ces dernières soit donc un intérêt d’érudit.

Le marquis de Calvière

Charles François de Calvière, marquis de Vézénobres, baron de Boucoiran seigneur de Gauzignan, Saint Etienne de Long, Martignargues, Lascours Gravier, Brignon Nozière et Ners, naît à Avignon le 22 avril 1693 et décède en 1779[xxv]. Militaire passant 44 ans dans la cavalerie du roi, il est aussi un érudit, un latiniste, un bibliophile, un numismate et un amateur de pierres gravées[xxvi].

Amateur honoraire de l’Académie royale de Peinture, il est en relation avec différents érudits et amateurs de gravures sur pierres fines dont Esprit Calvet[xxvii] (1728-1810), professeur en médecine et directeur des hôpitaux de Sainte-Marthe et Saint-Bénézet dans la région d’Avignon ou encore le comte de Caylus[xxviii] à Paris. Il est ami des graveurs Barier[xxix]et Jacques Guay mais aussi l’un des proches de la marquise de Pompadour[xxx].

L’étude des sources indiquent que le marquis possède plusieurs ouvrages de référence de l’époque dans le domaine de la glyptique comme l’ensemble des tomes du Recueil d’antiquités écrits par le comte de Caylus mais aussi les volumes de la dactyliothèque de Gorlée ainsi que des ouvrages de Winckelmann.

L’analyse poussée de sa correspondance démontre que le marquis, dans son étude des intailles et des camées, suit la logique même de l’objet pour étudier celui-ci. Il tient compte à la fois du motif représenté, de l’intérêt esthétique et érudit de celui-ci mais aussi des spécificités de la matière et ses qualités mécaniques.

De plus, Calvière avait l’habitude de faire ajouter une monture à ses pierres gravées ce qui laisse penser que le marquis considère non pas seulement les pierres gravées d’un point de vue esthétique et érudit mais également comme des ornements en leur donnant ainsi la fonction de bijoux. La présence de ces montures rend également plus facile la présentation de ces gravures sur pierres fines parfois de très petites tailles.

Suite au décès du marquis, son fils fait réaliser des empreintes de la collection ce qui permet d’évaluer celle-ci à environ 140 pierres gravées. C’est Calvet qui acquiert les antiques du cabinet. Cependant quelques gravures en pierres fines apparaissent lors de la vente des collections du marquis de Calvière[xxxi]. Celle-ci eut lieu le 5 mai 1779. La section commence par la mention de 120 empreintes « de sujets et de têtes d’après l’antique en soufre bronzé ». La présence de ces objets d’étude démontre une nouvelle fois la considération érudite que le marquis avait pour les pierres gravées

            L’analyse des sources met en évidence que le marquis envisage les gravures en pierres fines dans leur globalité : les matières, les techniques, les styles, les motifs et la signification de ceux-ci. Présentées comme des ornements, étudiées comme des outils de connaissance, les pierres gravées apparaissent également chez Calvière comme des objets de dilection, où le simple plaisir d’observer ces œuvres d’art semble avoir aussi tout son sens. L’ensemble de ces éléments permettent donc bien de donner au marquis de Calvière le statut de collectionneur et d’amateur éclairé.

Catherine II, impératrice de Russie

Ce troisième portrait est celui de Catherine II, impératrice de Russie, connue et reconnue pour son goût immodéré pour les antiques et en particulier pour les intailles et les camées. L’étudier dans son goût pour les pierres gravées c’est comprendre que la constitution d’une collection peut aussi être un acte politique et diplomatique.

Nathalie Bondil, définit Catherine II de Russie[xxxii] comme une impératrice anticomane[xxxiii] qui se passionna pour l’Antiquité dès son arrivée en Russie à ses 14 ans. Ce goût pour l’Antiquité se traduit aussi chez Catherine II par de nombreuses acquisitions d’œuvres d’art et d’objets archéologiques.

Son érudition, ses moyens financiers, le nombre de ses contacts dans différents pays d’Europe et sa recherche d’œuvres de qualité firent d’elle l’une des plus grandes collectionneuses de son époque. L’importance des collections qu’elle a constituées tout au long de sa vie, lui permit comme à de nombreux souverains de montrer à la fois sa puissance et sa volonté de s’inscrire dans la postérité[xxxiv]. Elle parvenait ainsi à acquérir des collections entières à Paris, à Amsterdam ou encore à Berlin en devançant tous les autres amateurs présents sur le marché et concurrents potentiels. Sans aucun doute veut-elle ainsi s’imposer en tant que personnage politique à l’ensemble de l’Europe et montrer la qualité de ses informateurs et autres espions, qui la renseignent au mieux pour qu’elle atteigne ses objectifs. Elle démontre ainsi sa capacité à réagir et obtenir ce qu’elle souhaite ainsi que l’ampleur de ses moyens financiers. Le faire dans le domaine très innocent des collections laisse penser qu’elle pourrait être encore bien plus redoutable pour obtenir des renseignements dans des domaines d’importance comme celui de la politique et de l’économie.

D’après Loewinson-Lessing, il a pu être établi que l’impératrice commença à collectionner les intailles et les camées dès la deuxième année de son règne. Avant elle, il n’existait qu’une petite dactyliothèque qui se trouvait alors au musée universel de Pierre Ier[xxxv]. D’après Tamara Rappé[xxxvi], c’est avec méthode et passion qu’elle collectionne les pierres gravées. Et elle y montre bien plus d’enthousiasme que pour sa galerie de tableaux qui pourtant contribuait plus à son image politique que ces bijoux savants. A la fin de son règne, les collections de Catherine II étaient considérables, elle possédait 3 996 tableaux, 10 000 dessins, 38 000 livres, 79 784 gravures et 10 000 pierres gravées[xxxvii].

Ces dernières ont différentes origines. Catherine II acquiert lors de son règne les collections de Laurent Natter, du peintre Anton Mengs, du collectionneur anglais Thomas Slade, ou encore du diplomate français le baron de Breteuil[xxxviii]. En 1786, l’impératrice acquiert une partie de la collection de lord Beverley. En achetant en 1787 la collection du duc d’Orléans, elle se procure ainsi des pierres gravées provenant des cabinets Médicis, Orsini, Rubens, de Michel-Ange de la Chausse et Pierre Crozat. Par cette vente, elle s’empare donc aussi de la collection initiée à Heidelberg et qui se retrouva par héritage dans les mains de la princesse Palatine[xxxix].

Pour arriver à ses fins de collectionneuse Catherine II a ses intermédiaires. En ce qui concerne les pierres gravées, le baron de Grimm la tient au courant des acquisitions qu’il y a à faire. Grâce à lui, elle apprend, par exemple, la vente de l’importante collection du duc d’Orléans. C’est d’ailleurs dans leur correspondance qu’elle lui parle de la démesure de son goût pour les intailles et les camées[xl] et utilise ces expressions de « maladie des camées » et de « la gloutonnerie de cette espèce de gale[xli] ». Dans cette même correspondance nous apprenons que les acquisitions impériales étaient tellement importantes qu’il fallait transporter les intailles et les camées dans des paniers servant à charger le bois de chauffe[xlii].

En plus des 10 000 pierres gravées, l’impératrice possédait également trente-quatre mille moulages[xliii]. Elle commanda entre autres 16 000 copies de pierres gravées à la manufacture des frères Tassie, à Londres[xliv]. Le fait de posséder des copies et des empreintes est une chose assez courante au XVIIIème siècle et nous l’avons vu, ces reproductions permettent d’obtenir le motif d’une pierre que l’on ne possède pas pour l’étudier. Les copies, qu’elles soient en verre ou en pierre, offrent l’avantage de rendre l’objet dans sa réalité esthétique par les couleurs et les transparences des matières.

La passion de Catherine II de Russie pour les pierres gravées, se retrouve sur d’autres supports comme la porcelaine. Elle fait réaliser pour le prince Grégoire Potemkine un service aux camées à la manufacture de Sèvres[xlv] en 1777. Achevé en 1779, il est expédié en Russie via un bateau hollandais. Ce service comporte plus de 800 pièces dont il reste encore aujourd’hui environ 600 éléments. La commande de l’impératrice précise que le service sera inspiré des modèles antiques avec des inclusions de reproductions de camées fabriqués en porcelaine. L’impératrice a d’ailleurs à cette occasion obtenu l’autorisation que ce soient des pierres gravées issues du propre cabinet du roi de France qui servent de modèles. Ce qui est accepté et c’est là aussi la démonstration du poids politique de l’impératrice de Russie en Europe et surtout auprès du puissant roi de France lui-même. Ce service devait servir pour les hors-d’œuvre, les desserts, le thé et le café : assiettes, plateaux, rafraîchissoirs, saucières, crémiers, sucriers, coupelles à glace, compotiers ou encore un surtout de table en biscuit.

Pour Catherine II de Russie, il est difficile de parler de sélection réelle des œuvres puisque l’impératrice ne choisit pas en personne les pierres gravées et ne les voit pas pièce par pièce comme il est possible de le faire lors d’une vente classique chez un marchand. De fait, elle achète en s’en remettant à des intermédiaires comme le baron de Grimm, et aux descriptions faites par ceux-ci. La réputation du collectionneur entre également en compte parmi les critères de sélection et représente un gage de la qualité des œuvres.

Le fait de choisir des ensembles d’œuvres réputés et non pas de sélectionner dans sa recherche des motifs ou bien des qualités de gravures particulières ou encore des œuvres signées, n’est pas la marque d’un manque de discernement de la part de l’impératrice. Mais l’on peut supposer plutôt que pour cette dernière tout objet de ce type est porteur de connaissances, sans distinction entre ce qui peut définir une pierre gravée de qualité d’une autre qui ne l’est pas. Ce goût immodéré semble donc passer d’abord par la possession du plus grand nombre de pièces possible. L’argent dépensé pour l’achat des œuvres et pour leur transport le démontre. La réalisation de meubles adaptés à ces acquisition précise encore la considération qu’elle leur porte.

D’un point de vue érudit, elle parle au baron de Grimm de sa faim insatiable pour les intailles et les camées qu’elle justifie par le plaisir qu’elle a « […] à manier tout cela tous les jours : il s’y cache des connaissances sans fin […][xlvi]». Et Loewinson-Lessing précise « […] qu’elle pouvait trier et admirer des heures entières. […][xlvii]». L’organisation donnée à cette collection ajoute encore à l’idée d’un intérêt érudit pour les pierres gravées mais la diversité des matières, des couleurs, des formes, des motifs et des gravures intervient très certainement dans le goût de l’impératrice et donne à celui-ci une dimension esthétique. Par contre, le fait que les montures aient été enlevées des pierres gravées provenant de la collection du duc d’Orléans[xlviii] tend à faire penser que l’impératrice ne considère pas en premier lieu les gravures sur pierres fines comme des bijoux. Peut-être a-t-elle considéré que la présentation des intailles et des camées sous la forme de parures empêchait la manipulation des objets et l’étude des motifs.

L’importance de cette collection tant d’un point de vue du nombre que des sommes déboursées ou encore des efforts faits pour acquérir ces œuvres, démontrent le goût de Catherine II de Russie pour celles-ci. Le temps qu’elle semble consacrer à l’étude des motifs, l’organisation érudite mise en place et la création de meubles spécifiques pour présenter sa collection renforcent cette impression et là aussi lui donne le statut de collectionneuse à part entière. Par la comparaison avec d’autre collectionneurs et amateurs de l’époque ainsi que par l’importance de sa collection d’intailles et de camées, il apparaît que Catherine II de Russie correspond au goût de son époque, qu’elle se positionne comme érudite et anticomane. Elle prouve sa puissance financière et conséquemment celle de son pays ainsi que sa capacité, même à distance, de s’imposer aux autres collectionneurs, même puissants.

Les pierres gravées représentent des objets de prestige pour les chefs d’état. Ainsi, que cela soit pour le roi de France ou Catherine II de Russie, les collections d’intailles et de camées sont utilisées comme une vitrine aux multiples effets. Elles représentent tout d’abord le goût pour les arts, le raffinement, la considération que ces chefs d’état portent à l’érudition et à la recherche de la connaissance. Des visites de ces collections prestigieuses peuvent être effectuées par des hôtes de marque et ainsi diffuser l’idée que le souverain propriétaire de ces ensembles est un chef d’état cultivé, capable de discernement et de jugement. Les intailles et les camées par le précieux de leurs matières et leur coût peuvent également servir de cadeaux diplomatiques. Ils sont ainsi le moyen de montrer à la fois son bon goût, son érudition et sa puissance financière auprès des autres dirigeants en Europe.

            Ces quelques exemples montrent que quel que soit son rang, la manière d’augmenter, d’organiser, d’étudier, de mettre en valeur ou non la collection que l’on possède permet de définir si l’on a à faire à un simple propriétaire ou bien à un collectionneur. Mais il existe encore d’autres moyens de vivre et de faire vivre ces collections d’intailles et de camées.

Xénia Muratova

Ce quatrième portrait, celui de Xénia Muratova (1940-2019), docteur ès lettres et professeur émérite en histoire de l’art médiéval[xlix]. En Russie, la famille Muratoff a peu à peu constitué, au cours des générations, des collections variées d’ouvrages, de curiosités diverses et d’œuvres d’art : mobilier, sculptures, peintures, gravures, porcelaines, estampes, dessins et divers objets d’art dont des pierres gravées.

Naples, 2017

Pour ces dernières ce sont son grand-père, Vladimir Muratoff et son grand-oncle, Pavel Muratoff, qui collectionnent quelques pièces au hasard des occasions qui s’offrent à eux. Malheureusement, il n’y a aucune source sur le contexte de ces acquisitions : achats, dons, échanges, prix, etc., ou même de descriptions.

Par héritage ces objets vont être transmis à Xénia Muratova par le biais de sa grand-mère, Eugénie, environ deux semaines avant que celle-ci ne décède. Cette dernière avait fait expertiser cet ensemble d’un peu plus de 15 pièces. La majorité d’entre elles est datée des XVIIIe et XIXe siècles. Au moment où elles sont transmises à Xénia Muratova, elles se trouvent dans différentes petites boîtes mélangées avec des perles variées, des cristaux, des pièces de monnaies et autres menus objets.

Immédiatement, Xénia Muratova décide qu’elle fera quelque chose de cet ensemble et qu’elle trouvera le moyen de donner une nouvelle vie à ces objets d’art. Elle a pour certains d’entre eux un projet de broche très précis dès l’âge de 20 ans. Elle cherche alors à les faire monter ensemble à Paris par un bijoutier qui lui dit qu’il n’y a rien à en faire et qu’il vaut mieux laisser tout cela dans les boîtes.

Ne trouvant personne comprenant son désir de donner un nouvel emploi à ces objets d’art elle laisse pendant un temps ce projet de côté. Puis à la fin des années 90, à Rome, elle trouve dans la personne de Diego Percossi Papi, l’un des plus talentueux joailliers romains, la personne idéale pour mettre en valeur et avec élégance cet héritage familial[l].

Ce premier projet va devenir une véritable collaboration artistique et esthétique entre Xénia Muratova et Percossi Papi. Ce dernier s’inspirera d’ailleurs des pierres gravées qu’elle lui montre dans son propre travail. Au cours des années suivantes, ils auront l’occasion de se revoir pour travailler sur d’autres pièces.

 Broche réalisée en collaboration avec Xénia Muratova et Percossi Papi

C’est ainsi que Xénia Muratova a réussi à transformer et faire sortir cette part de son héritage à la fois du cocon de ses collections et de la sphère familiale privée pour en faire un objet unique et multiple à la fois : une collection portée, un hommage à son grand-père et à son grand-oncle, une œuvre à l’esthétique unique. Les autres pierres gravées que possèdent Xénia Muratova n’étaient pas reléguées au fond d’une boite et oubliées. Certaines d’entre elles sont aussi portées sous forme d’élégantes boucles d’oreilles tandis que d’autres sont régulièrement sorties de leur écrin pour être étudiées et admirées.

En plus de ce contexte culturel familial, la formation universitaire et le goût personnel de Xénia Muratova pour les pierres gravées font que cette dernière maîtrise très bien ce domaine particulier de l’histoire de l’art : identification des motifs, travail technique de réalisation, évaluation de la datation, principe de circulation des œuvres, marché de l’art dans ce domaine, etc.

C’est certainement grâce aussi à cet intérêt érudit que Xénia Muratova a su donner à une partie de sa collection une forme pour le moins atypique. Et même si elle n’a jamais cherché à augmenter ou publier autour de sa collection d’intailles et de camées, Xénia Muratova obtient le statut de collectionneuse, même si c’est en tant que simple amatrice, du fait de son goût pour ces objets d’art, de ses connaissances en la matière et pour avoir fait en sorte de faire vivre sa collection par une mise en scène esthétique et assez inhabituelle de son héritage.

***

Les collections, quelle que soit leur nature, sont des sources documentaires autonomes de premier plan et doivent être traitées comme telle. Comprendre les collections : les modes et règles qui les régissent, leurs fonctions, leurs objectifs, les interactions mises en place avec les sciences, leurs dimensions esthétiques mais aussi sociales, les innovations qu’elles permettent, leurs évolutions au cours du temps, etc., c’est autant de moyens d’étudier le goût d’une époque, d’une civilisation, d’une société ou d’un individu mais aussi incidemment le rapport au beau et à la connaissance. Etudier les collections mais aussi leurs détenteurs c’est donc avoir accès à une autre lecture de la société, dans un contexte spécifique et unique.

Les collections ont différentes dimensions ; principalement esthétique, érudite, récréative, sociale, pécuniaire. Comprendre le mécanisme de constitution de chacune d’entre elles permet de définir un statut à leur propriétaire. Ces questions de statut et de qualité du collectionneur sont centrales dans l’étude du phénomène des collections. Pourquoi ? Parce que posséder une collection c’est, en plus d’en être le propriétaire, avoir le choix de faire vivre celle-ci ou non. Et dans les deux cas les motivation et raisons qu’il y a derrière sont elles-mêmes symptomatiques d’une époque, d’une société, d’un individu.

Le fait de posséder des collections permet de préserver des objets et œuvres d’art. C’est aussi la possibilité ou non de faire des études et recoupements à visé scientifiques, esthétiques, techniques, donc de tirer des conclusion et de faire avancer les sciences historiques, patrimoniales et autres. C’est aussi se positionner socialement avec le moyen de mettre ou non en place de nouvelles interactions dans son propre milieu ou en dehors que cela soit en dessous ou au-dessus de son rang. C’est également un moyen de transmettre son goût, sa vision du monde à ses héritiers et/ou à la société. Cela peut également être un investissement financier que l’on transmet à la génération suivante.

            Ces quelques exemples de détenteurs de collections d’intailles et de camées, malgré des sources parcellaires, offrent de premiers éléments de réflexion sur ce statut de collectionneur.

Le premier point de conclusion est que le fait de détenir une collection ne peut en effet offrir automatiquement le statut de collectionneur.

Le second est que pour obtenir ce statut il faut s’investir dans celle-ci, la faire vivre ; autrement on en est juste le propriétaire ou le dépositaire momentané. Que cela soit par l’augmentation régulière du volume de ladite collection, par le soin mis dans la sélection de nouveaux objets, par l’attention particulière portée à son organisation, par la parution de publications à son sujet, par les échanges épistolaires concernant ces objets d’art, par le temps passé à étudier cette sélection ou par sa mise en valeur dans la façon de la présenter, les manières de s’impliquer dans une collection sont très variées et très personnelles.

Le troisième élément de conclusion est qu’étudier ces différentes formes de rapport entre le détenteur de la collection et les objets la constituant sont d’ailleurs souvent très révélatrices de la personnalité et des ambitions de celui qui la possède. Ainsi en analysant cette implication concrète peut-on déterminer si celui ou celle qui obtient ainsi le statut de collectionneur/euse est un simple curieux, un amateur éclairé, un érudit, un passionné ou un esthète ; ces qualificatifs ne s’excluant d’ailleurs pas toujours les uns les autres.

Vanessa Henry-Virly


[i]POMIAN, (Krzysztof), Collection : une typologie historique, in: Romantisme, 2001, n°112. La collection. pp. 9-22.

[ii] Héritière d’une petite collection familiale dans le courant du XXe siècle.

[iii] Gravure sur pierres précieuses ou semi-précieuses. Graver en creux ces pierres prennent le nom d’intaille. Graver en relief ces pierres prennent le nom de camée.

[iv] MICHAUD, (J.F.),t. 43, 1998, p. 239-240 : « […] Elle dépensait, tous les ans, cent mille francs en curiosités, et c’est ce qui lui valait l’admiration et les compliments de Melon. […] Un goût extrême pour les plaisirs, qui ne vieillit pas avec madame de Verrue, l’avait fait surnommer Dame de volupté. […] ». L’accrochage des tableaux de la comtesse de Verrue a été étudié par Michaël Szanto, étude publiée dans Collectionner dans les Flandres et la France du nord au XVIIIème siècle (SZANTO, (M.), « La peinture du nord et sa réception en France au XVIIIème siècle. Réflexions sur l’accrochage des tableaux de madame de Verrue. », dans Collectionner dans les Flandres et la France du nord au XVIIIème siècle, Lille, 2005, pp. 221-250.).

[v] Arch. Nat. M.C. I. 379. 20 septembre 1736. Testament de la comtesse de Verrue.

Ce texte reste très général en ce qui concerne les objets d’art et les seules pierres évoquées sont celles montées en bague. Cependant pour aucune d’entre elles, il n’est précisé si la pierre montée, est gravée ou non. Ces bijoux de grande valeur et dont le prix s’élève à plusieurs milliers de livres (entre 3 000 et 10 000 livres), ont été légués aux proches de la comtesse : le capitaine des dragons de La Faye, le comte de Gouffier, neveu de la comtesse, le chevalier d’Albert, l’abbé Terrasson, Melon, à l’académicien Meray et à la sœur de la comtesse, la marquise de Gouffier.

« […] je donne et lègue à Monsieur de la Faye, capitaine des dragons une bague de valeur de dix mille livres. […] Je donne et lègue à Monsieur le comte de Gouffier mon neveux une bague de quatre mille livres, à Monsieur le chevalier d’Albert mon ami une bague de dix mille livres, à Monsieur l’abbé Terrasson une bague de trois mille livres et à Monsieur Melon mon ami une pareille bague de trois mille livres et à Monsieur Meray de l’Académie aussi une bague de trois mille livres. […] Et à madame la marquise de Gouffier ma sœur une bague de quatre mille livres […] ».

[vi] Arch. Nat. ET. I. 381. Inventaire après décès de la comtesse de Verrue. Nicolas Charles Le Prévost.

[vii] Il est précédé par la mention de 538 médailles (argent, cuivre, verre) réparties en six numéros (du 414 au 419). Cette organisation faisant précéder les pierres gravées par les médailles, correspond aux normes de l’époque pour la majorité des collections d’objets d’art et de curiosités.

[viii] PAILLET, Catalogue de tableaux et dessins originaux des plus grands maîtres des différentes écoles, morceaux à gouache, terres cuites, pierres gravées et pâtes de composition […] qui composaient le cabinet de feu Charles Natoire, ancien professeur et directeur de l’Académie de France à Rome, Paris, 1778, p. 44-46. (Doucet. MF/35.1778.).

[ix] REMY, Catalogue raisonné du cabinet des objets curieux de feu monsieur de Bourlamaque, ancien capitaine de cavalerie, composé de tableaux, dessin, estampes, peintures, gouaches, miniatures et peintures chinoises, bronzes, ivoires ; terres cuites et plâtres ; coquilles univalves et bivalves ; pierres fines, plaques d’agate et autres, pierres gravées dont quelques-unes antiques, montées en bagues et en cachets ; différentes pièces de mécanique ; des outils de tout ; des ustensiles de chimie et autres objets, le 27 mars 1770, Paris, 1770, p. 76. (Doucet. MF/35.1770.).

[x] REMY, Catalogue des tableaux, miniatures, bronzes, vases de marbres, figures de la Chine, porcelaines du cabinet de monsieur le duc de Caylus, Paris, 1773, pp. 18-19. (Doucet. 1773. 18 A. et B.).

[xi] HELLE, REMY, Catalogue d’une très belle collection de bronzes et autres curiosités égyptiennes, étrusques, indiennes et chinoises ; figures, bustes et bas-reliefs, de bronze, d’albâtre et de marbre, antiques et modernes ; pierres gravées, montées en bagues ; […] etc., du cabinet de feu M. le Duc de Sully, pair de France et chevalier de la Toison d’Or, Paris, 1762, pp. 26-33. (Doucet. MF/35.1762.).

[xii] PAILLET, Catalogue des tableaux, dessins, estampes montées et en feuilles, figures, bustes et vases de marbre, meubles précieux, porcelaines, bijoux et autres objets curieux qui composaient le cabinet de feu monsieur de Billy, écuyer, ancien commissaire des guerres et ancien premier valet de garde-robe du Roi, Paris, 1784, pp. 59-63. (Doucet. MF/35/1784.).

[xiii] Les ventes citées ci-dessus ont eu lieu dans la seconde moitié du siècle, mais il a été possible de trouver une vente de curiosités de l’époque de la comtesse à la date du 2 décembre 1737. Elle propose à la vente plusieurs dizaines de pierres de composition : « […] 636-soixante-douze pierres de composition de petite et moyenne grandeur faites d’après plusieurs belles antiques. 637-quarante autres grandes idem dont la plupart sont d’après les pierres du cabinet du roi. […] ». Ce document démontre que la comtesse de Verrue n’est pas isolée dans son choix de posséder des pierres de composition. GERSAINT, (E.F.), Catalogue d’une collection considérable de curiosités de différents genres, Paris, 1737, p. 55-58. (Doucet. 1737. 3. 4. 5). Cet exemplaire ne donne pas le nom du propriétaire.

[xiv] Le rendu de la matière n’a pas qu’un enjeu esthétique mais il joue également un rôle important dans la réalisation de pierres apotropaïques, que l’on retrouve par exemple chez les gnostiques.

[xv] On sait que durant sa vie la comtesse de Verrue a vendu une importante partie de ses monnaies et médailles à la princesse Palatine. De plus la comtesse avait en sa possession des ouvrages de référence sur ce domaine spécifique.

La comtesse de Verrue possédait dans sa bibliothèque des ouvrages dans ce domaine : MARTIN, Catalogue des livres de feue madame la comtesse de Verrue, Paris, 1737, p. 16 : « […] Promptuaire des médailles, trad. Du latin, Lyon, Roville, 1553. 2 tom. En un vol. in 4. Fig.[…] », p. 17 : « […] Médailles du règne de Louis XIV. Avec les explications de l’Académie des Inscriptions. Paris de l’imprimerie royale, 1702. In 4. Fig. G.P […] »., p. 19 : «  […] Ortelii Capita Deorum Dearumque, ex antiquis Numismaticus collecta ; cum narratione historica Swertii. Bruxel. 1683. In 4 figur. Mar. Rouge.[…] », p. 21 : « […] Traité historique des monnaies de France, par le Blanc, Amst. 1692. Fig. […] », et « […] Dissertation sur les monnaies des Empereurs et rois de France frappées dans Rome, par le même. Amst. 1692 in 4. Fig. mar.rouge. […] », p. 70 : « […] Histoire des médailles ou introduction à l’histoire de cette science, par Charles Patin Paris ( Holl.) 1695. In 12 fig. […] », p. 71 : « […] La science des médailles (par le père Joubert) Paris, 1727, 2 vol. In 12. Fig. […], p. 236 : « […] Médailles du règne de Louis XV gravées par Godonnesche, Paris, In 4. Non relié. […] ». MARTIN, Catalogue des livres de feue madame la comtesse de Verrue, Paris, 1737, p. 29 : « […] Journaux des Savants, des années 1700 à 1703, Paris, 4. vol. in °4. […] », p. 30 : « […] Le Mercure Galant depuis l’an 1672 et du Mercure de France jusqu’en octobre 1736 inclus. Paris, 730 vol. in 12 dont 37 sont seulement brochés […] », p. 32 : « […] Journal des Savants, depuis 1665 jusqu’en 1700 inclus, composé successivement par les sieurs de Hedouville ( de Sallo  Galloys, la Roque et Cousin. Amst. 1685 et suivant 28 vol. in 12 […] »., p. 228 : « […] Un paquet de journaux des Savants, de Paris, interrompus et sans suite, depuis 1712, jusqu’en 1722, in 4. En liasses. […] ».

[xvi] P 10870. Mémoire sur les pierres gravées, 1744, Mémoires de littérature, tome XIX, pp. 239-249.

[xvii] MARTIN, Catalogue des livres de feue madame la comtesse de Verrue, Paris, 1737, p. 3 : « […] L’Antiquité expliquée et représentée en figures, par dom Bernard de Montfaucon, Paris 1719 première édition, 10 vol. in fol. Figur. Grand papier […] », p. 4 : « […] Supplément de l’Antiquité expliquée, par le même auteur, Paris, 1724, 5 vol. in fol. Fig. Grand papier […] » et « […] Antiquités de Paris, par Sauval, Paris 1724, 3 vol. in fol. […] », p. 10 : « […] Le cabinet de la bibliothèque de l’abbaye de Sainte Geneviève, par du Molinet, Paris, 1692, in fol. G.P. fig[…] »., p. 16 : « […] De l’estimation des pierres précieuses, par Rosnel Paris 1672 […] », « […] Traité sommaire de l’institution du corps des marchands orfèvres, ou troisième partie du Mercure Indien, par le même. Paris 1662. In 4. […] », p. 57 : « […] Description de la ville de Paris par Brice, Paris 1717. 3 vol. in 12, fig. […] », p. 61 : « […] Voyages de Paul Lucas au Levant, dans la Turquie, la Grèce, l’Asie Mineure, la Macédoine et l’Afrique. Paris 1712 et 1714 et Rouen 1719. 6 vol. in 12. Fig. […] », p. 96 : « […] Catalogue raisonné des coquilles et autres curiosités naturelles, par le sieur Gersaint. Paris 1736. In 12 broché. […] ».

[xviii] Idem., p. 10 : « […] Le gemme antiche figurate, di Michel-Angelo Causeo de la Chausse. Roma 1700, in 4. Mar. Bleu. […] ».

[xix] Ibidem., p. 19 : « […] Dactyliothéca, feu annulorum sigillarium promptuarium, cum explicat, Grovonii. Lugd. Bat. 1695. 2 vol. in 4 Fig. Mar.rouge. […] ».

[xx] Ibid., « […] Gemmae et sculpturae antiquae, depictae et enarrataea. Leonardo Augustino ; lat.ex italic versae per Gronovium. Franequerae 1694. 2 Tom. In I vol. in 4. Fig. mar. rouge. […] ».

[xxi] Ibid., « […] Imagines illustrium, ex antiquis Marmoribus, Numismatibus et gemmis Fulvii Ursini, cum comment. Joan Fabri. Antverp. 1606. In 4 fig. mar. rouge. […] ».

[xxii] Ibid., p. 70 : « […] De l’utilité des voyages et de l’avantage que la recherche des antiquités procure aux savants, par Baudelot, Paris 1686. 2 vol. In 12. Fig. mar. rouge. […] ».

[xxiii] Ibid., p. 81 : « […] Description sommaire des pierres gravées et des médailles en or antiques du cabinet de feue Madame, Paris 1727. […] ».

[xxiv] Ibid., p. 236 : « […] Quarante et une pièces gravées par Melle Chéron et Melle de la Croix, qui font la plupart des sujets de pierres gravées, avec le portrait de Melle Chéron […] ».

[xxv] Avignon, 2002, L’empire de Mars et des Muses. La collection du marquis de Calvière, lieutenant-général des armées du Roi, 1693-1777, Musée Calvet, cat. O. Cavalier, pp. 11-31.

[xxvi] Madame Odile Cavalier, conservateur en chef chargé des Antiquités au musée Calvet en Avignon et auteur de « l’empire de Mars et des Muses ».

[xxvii] Bibl. Ceccano. M.s. 2356-2357. Correspondance Calvière/ Calvet. 1761-1777. Lettre du 27 mars 1764 du comte de Caylus à Calvet : « […] Adieu monsieur au lieu de ne penser qu’à tous les remerciements que je vous dois et pour lesquels je vous écris, je vous demande : cela est horrible je me fais honte et je vous embrasse cependant en vous priant de faire des compliments [tendres] à monsieur le marquis de Calvière, travaillez à votre mémoire je suis plus impatient de le lire à l’Académie que je ne le sois […] vos caisses. ». Lettre du 5 mai 1765, lettre de Calvière à Calvet : Lettre du 5 mai 1765 : « […] donnez-moi de vos nouvelles quand vous n’aurez rien de mieux à faire, et de celles du comte de Caylus que j’aime toujours beaucoup ; ses antiquités de la France méridionale feront grand plaisir à tous les gens de goût. Vous êtes du nombre et savant par-dessus le marché, ce qui ne se rencontre pas toujours ensemble. […] ».

[xxviii] Lattes, 2002-2003, Les Etrusques en France : archéologie et collections, Musée archéologie Henri-Prades, cat. C. Landes, pp.349-358. Madame Odile Cavalier a publié un article intitulé « Les réseaux méridionaux du comte de Caylus. Le marquis de Calvière et Esprit Calvet ».

[xxix] Lettre du 5 octobre 1769, lettre entre Calvière et Calvet.

[xxx] Cette dernière sera un important mécène et une protectrice de l’art de la glyptique. Elle pratique d’ailleurs elle-même cet art difficile et gravera par exemple les armes de Calvière sur une sardoine.

[xxxi] Catalogue d’une précieuse collection de tableaux, médailles, pierres gravées montées en bagues, bijoux, dessins encadrés et en feuilles, estampes encadrées en feuilles et en recueils livres et autres objets de curiosité, […] du cabinet de monsieur Calvière, Paris, 1779, pp. 19-20. « […] 63-Une poignée de couteau de chasse de jaspe sanguin sur laquelle est gravée d’un côté une tête de vieillard Mascaron et de l’autre un homme à cheval et 4 autres chevaux ce morceau que l’on estime être de dernière antiquité porte 2 pouce 6 lignes de haut et est garni de son anneau de bronze doré et d’un crochet pour retenir la garde. […] ».

[xxxii] Catherine II (1729-1796), impératrice de Russie est née Sophie Auguste d’Anhalt-Zerbst. Grande collectionneuse, elle parvient, entre autres, à acquérir la collection de pierres gravées des ducs d’Orléans et de lord Percy.

[xxxiii] BONDIL, (N.), FEDOROV, (V.), Catherine la Grande, un art pour l’Empire, Montréal, 2005, pp. 89-108.

[xxxiv] Idem, pp. 172-176.

[xxxv] KAGAN, (J.), NEVEROV, (O.), Splendeurs des collections de Catherine II de Russie, le cabinet de pierres gravées du Duc d’Orléans, Paris, 2000.

[xxxvi] Directrice adjointe et conservatrice des meubles du département d’art de l’Europe occidentale au musée de l’Ermitage, à Saint-Pétersbourg. BONDIL, (Nathalie), FEDOROV, (Viatcheslav), 2005 : 328 pages, p. 240.

[xxxvii] NEVEROV, (O.), DUCAMP, (E.), Grandes collections de la Russie Impériale, Paris, 2004, pp. 22-24.

[xxxviii] KAGAN, (J.), NEVEROV, (O.), Splendeurs des collections de Catherine II de Russie, le cabinet de pierres gravées du Duc d’Orléans, Paris, 2000, p. 14.

[xxxix] Salomon Reinach précise que Catherine II réussit à acheter en 1792, les pierres gravées collectionnées par Alphonse Milliotti qui est l’antiquaire du prince de Conti. Il participe d’ailleurs à la rédaction de différents catalogues de vente où se trouvent des pierres gravées. D’après l’auteur, Milliotti aurait constitué cette collection lors de voyages durant quinze années en Europe et principalement à Naples et en Sicile. Le fait qu’il vive à Paris lui a également permis d’acquérir des pièces lors de ventes importantes comme celles de Blondel d’Azincourt, de la présidente de Bandeville ou du prince de Conti. C’est au moment de la Révolution française que Milliotti transfère sa collection à Saint-Pétersbourg.

[xl] Les productions contemporaines l’intéressent également et à partir de 1786, elle monopolise la production des frères Brown, dont elle aimait le travail. Elle faisait, par exemple, graver des pierres pour des occasions particulières comme des victoires de Potemkine.

[xli] NEVEROV, (Oleg), DUCAMP, (Emmanuel), 2004, pp. 22-24.

[xlii] Impérial Saint-Pétersbourg, de Pierre Le Grand à Catherine II., 2004.

[xliii] Idem

[xliv] BONDIL, (N.), FEDOROV, (V.), Catherine la Grande, un art pour l’Empire, Montréal, 2005, p. 96.

[xlv] Idem, p. 211.

[xlvi] Ibidem, pp. 22-24.

[xlvii] KAGAN, (J.), NEVEROV, (O.), Splendeurs des collections de Catherine II de Russie, le cabinet de pierres gravées du Duc d’Orléans, Paris, 2000.

[xlviii] L’une des caractéristiques de cette collection est l’organisation en fonction des montures.

[xlix] Madame Muratova (1940-2019) a enseigné jusqu’en 2009 à l’Université de Rennes II. Elle travailla plus particulièrement sur les bestiaires médiévaux. Elle fut également critique d’art.

[l] Cette photographie est celle que j’ai pu réaliser un après-midi dans l’appartement de Madame Xénia Muratova à la demande de celle-ci en vue de cette publication sur ses collections. Elle aurait dû être suivie par une nouvelle séance de photographies pour en obtenir de plus détaillées et mieux éclairées mais le décès de Madame Muratova ne l’a malheureusement pas permis.



Citer ce billet
Quentin Bonnefond (2024, 6 mai). Carnet de Recherche / 6e édition. EUR Humanités, Création, Patrimoine. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://eurhcp.hypotheses.org/338

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search